1969... En France

Faites-nous vos suggestions de chansons et musiques !

FRANCE GALL

Elle a été la « poupée de cire » qui fait « non ». Non à l’abrutissement yéyé intégral. Son étoile, Michel Berger l’a transformé en artiste accomplie. France Gall, évidemment.

En 1969 ... LES ANNEES FOLLES ....

                                                   

SERGE GAINSBOURG

De la rive gauche des années 50 au Gainsbarre provoc des eighties, Serge Gainsbourg aura apporté à la chanson française une poésie personnelle pétrie de fragilité et de cynisme, tout en transcendant avec talent tous les genres musicaux de son époque : jazz, pop, rock, reggae, funk et même rap. Loin de tout engagement, il aura peiné à percer et choqué ses contemporains, mais son œuvre immense a par la suite inspiré une génération entière de nouveaux talents comme une référence incontournable.

En 1969 ... ELISA ....

Et ... JE T'AIME MOI NON PLUS avec Jane Birkin

                                                   

JOHNNY HALLYDAY

Monument de la chanson et du rock français, Jean-Philippe Smet alias Johnny Hallyday, né en 1943, a accompagné l'histoire musicale populaire pendant un demi-siècle. Des débuts rock 'n' roll en direct en 1960 à la stature de vétéran auprès duquel les jeunes premiers se pressent pour confectionner des chansons taillées sur-mesure, le chanteur a connu tous les honneurs mais aussi les accidents de parcours, fautes de goûts ou déceptions inhérentes à une carrière en mouvement perpétuel. Aucune mode ne lui a échappé : yéyé avec « L'idole des jeunes », hippie dans « La Génération perdue », romantique dans « Que je t'aime », Mad Max à travers « Ma Gueule », jusqu'au costume de crooner désabusé dont cette véritable bête de scène qui sait comment « Allumer le feu » connaît tous les tours et détours. Ca Ne Finira Jamais, dit-il.

En 1969 ... QUE JE T'AIME ....

                                                   

MICHEL POLNAREFF

Si l’appellation « Pop Française » à jamais eu un sens alors c’est à Michel Polnareff qu’elle s’applique. On peut affirmer sans crainte que sur les années 60-70 Polnareff avait musicalement 10 ans d’avance au moins sur le contexte Hexagonal. Pianiste, guitariste, chanteur et surtout arrangeur, inspiré par les courants pop, folk des années 60 et le classique, il marie une musique ample, inédite en France, à un chant romantique et une attitude de liberté totale qui dérange bon nombre de ses contemporains.

En 1969 ... TOUS LES BATEAUX...TOUS LES OISEAUX ....

                                                                    

JOE DASSIN

Il est des artistes qui vendent autant de disques post-mortem que vivant. Joe Dassin est de ceux-là : superstar internationale dans les années 1960 et 70, et l’un des rares chanteurs français à percer massivement à l’étranger, les compilations, rééditions et hommages à son œuvre sortent encore régulièrement trente ans après sa disparition.

En 1969 ... AUX CHAMPS ELYSEES ....

                                                  

GEORGES BRASSENS   

         

Brassens, c’est un univers de douce anarchie. Une liberté face au monde, un travail inlassable sur les mots, le swing rocailleux d’une voix qui chante les poètes puis aligne en riant les gaillardises les mieux rythmées de France. Auteur, compositeur et interprète – l’exception commence peut-être ainsi – Brassens s’impose toujours, plus de vingt ans après sa mort, comme un artiste incontournable.

En 1969 ...     RIEN A JETER ....      

                                                   

LEO FERRE

Brel, Brassens, Ferrat, Ferré : de ce quarteron de géants de la chanson française, désormais à la retraite ou disparus, Léo Ferré reste évidemment comme le plus marginal, le plus excessif et le plus baroque. Il a fait chanter les plus grands (comme Juliette Gréco, Piaf ou…Dalida, qui mérite bien d’être mentionnée ici), a chanté les plus grands (comme Charles Baudelaire, Guillaume Apollinaire, Arthur Rimbaud ou Louis Aragon) et s'est réservé quelques fraternités prolixes avec les plus grands (Jean-Roger Caussimon). On conserve au cœur son visage ravagé de tics, sa crinière flamboyante sous les sunlights, un verbe d’excès (dans l’amour ou la haine) et d’inattendues mimiques de petit garçon timide. Vers la fin de sa vie, contraint – par lâche abandon du système – de se produire seul au piano ou honteusement accompagné de bandes magnétiques, il n’avait rien perdu de sa superbe arrogance.

En 1969 ... C'EST EXTRA ....

                                                  

GEORGES MOUSTAKI

Débutant dans l’ombre des géants (Piaf, Montand, Barbara), Georges Moustaki s’est hissé au rang des très grands auteurs-compositeurs-interprètes de la chanson française. Le « métèque », vétéran atypique et incontournable, offre l’exemple d’une personnalité artistique longuement mûrie avant de s’affirmer durablement sous les feux de la rampe.

                                                   

20 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. rachel 04/09/2011

très beau site, félicitation.Vous pourrais peut être m'aider, je cherche une chanson anglaise assez triste.
Cette chanson résonnait dans les années 1969 pour les premiers pas de l'homme sur la lune. Merci à l'avance

2. Nan'Art 15/11/2009

Oubli ou volonté de faire perdurer la censure imposée à cette chanson de Jean Ferrat : Ma France (1969)

3. fred44160 14/09/2009

merci

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site